Stéphane Dachy produit des tableaux au pastel et à l’huile sur carton. Il a choisi le grand format, non par envie de voir grand, mais pour pouvoir plonger dans le dessin et son imaginaire, pour s’imprégner de la douceur offerte par le pastel sec, de l’intensité transmise par le pastel à l’huile et de la matière qui unit ces deux techniques ou les sépare. Il a choisi ces techniques parce qu’elles lui permettent d’être le lien direct entre la couleur et le papier. Pas de pinceau, de lame ou de rouleau, juste les doigts, les mains et la matière. Suggérer le rêve et la méditation. Refléter l’autre réalité d’un regard, d’un paysage, d’un objet. Tenter de l’apprivoiser… sont autant de pistes que Stéphane Dachy explore à travers ses dessins. S’aventurer dans une recherche sachant qu’elle n’a pas de fin, qu’elle nous emmène sur des chemins inconnus : il n’y a pas de réel, ne sont que nos illusions. Celles qui construisent notre réel à nous, qui recréent d’autres illusions, les nourrissent à l’infini. A la recherche de ces illusions, les couleurs et matières proposées par Stéphane nous font entendre un bruit saisissant ou un murmure, tressaillir sous le vent du nord ou ressentir la chaleur d’un soleil plombant, découvrir un caractère à travers la profondeur d’un visage. Selon Stéphane, une œuvre n’est achevée que si elle en amorce une nouvelle. Chaque œuvre parle d’elle-même, mais, importe plus encore le chemin qui les réunit.