Sculpture ferronnerie

Cul-des-Sarts

Quand, il y a quelques années, je me suis adonnée à la sculpture, j’ai expérimenté une multitude de matières. Cependant, le métal est vite devenu mon matériau de prédilection. Il s’est imposé instinctivement, comme un appel, de par son odeur, son toucher, ses formes, sa noblesse sans fard, ses gris colorés, ses reflets bleutés, ses rouges flamboyants au contact du feu. Maitrisé avec respect, il vit sa vie au gré de notre volonté.

J’ai choisi de réaliser cette libellule, pour la confrontation entre la masse de l’acier et la légèreté de l’animal. Pour la dualité entre la pérennité de l’acier et l’éphémère de l’insecte. Pour la rencontre entre l’ouverture à l’espace public et l’intimité du regard. La libellule possède une grande sagesse dans sa métamorphose. J’essaye donc de respecter cette sensibilité dans la modification du métal en amenant l’acier le plus loin possible dans le potentiel de sa transformation, tout en gardant l’essentiel de la beauté de l’animal, de ses formes et de ses lignes majestueuses.