Techniques mixtes, bois, pierre, métal, peinture…

Chastre

http://recube.be

0478.54.41.13

 

L’idée première était de partir de la forme du cube et d’y intégrer des matériaux de récupération. La volonté n’était pas de « faire du design », mais de (simplement) créer des objets cubiques réalisés à partir de matériaux dits « poubelles ».

« Poubelles », car ce qui était important, outre le plaisir de travailler la forme, était la notion du réemploi. Une fois le cube réalisé avec des « déchets » comme matière première, ce même cube n’est plus simplement un objet décoratif, il devient objet qui questionne notre société sur notre manière de consommer et donc de surproduire des déchets, mais également sur la manière dont nous nous en débarrassons. Le cube devient dès lors, et par ce fait, un objet témoin de son époque.

Très vite, le simple cube évolue. D’abord, sa structure change légèrement, puis complètement pour arriver, pour certains, à un cube en deux dimensions. L’idée du cube reste, même si elle n’apparaît plus au premier coup d’œil.

La forme cubique et la question environnementale que pose la matière première, constituaient donc les bases du projet. Cependant cela n’était pas suffisant : il manquait encore le lien entre mon travail et le monde qui l’entoure, le lien entre les hommes et le lien entre l’homme et son environnement, tout simplement.

C’est pourquoi l’abstraction esthétique des premiers cubes laisse place à une abstraction influencée par ma vision du monde et ce que j’y vois aujourd’hui. Il s’agit parfois de l’illustration d’un fait divers (« Nuit méditerranéenne ») ou parfois la simple évocation de la beauté de la diversité du monde et des peuples « Beautiful differences ». Il s’agit de cubes fermés, s’ouvrant comme des fenêtres sur une vision du monde qui m’est propre, parfois positive, parfois négative, parfois absurde, mais surtout personnelle.

Au premier coup d’œil, le cube est une fenêtre ouverte sur la simplicité des matériaux bruts et une mise en évidence de leurs qualités esthétiques, un monde de matière, un monde simple, fait de bois de pierre, d’acier, etc., mais il y apparait également un monde complexe de par la composition moléculaire des différents éléments qui le composent et qui font de chaque élément une pièce unique entrant en interaction avec une autre.

C’est cet ensemble d’interactions des pièces entre elles qui forme mon monde ou plutôt ma vision abstraite de ce monde dont nous faisons tous partie.

Si c’est dans un cube que je décide de représenter le monde c’est parce que le cube me permet de donner un cadre au sens photographique du terme. Il sélectionne un moment, un lieu et en prend une photo comme un instantané matériel d’une vision du monde personnelle. Ce cube est également un contenant, contenant comme une boite s’ouvrant sur différentes particularités de notre société.